AFRIQUE





J’étais en réinsertion dans une association à Die quand un producteur de film, Jean-Claude Hellequin, est venu me chercher au milieu de la poussière, des objets et des meubles de récup, pour monter le documentaire qu’il venait de réaliser en Afrique.
C’est la première fois que je retravaillais dans ce métier que je pensais avoir définitivement abandonné. C’était le début d’une petite aventure africaine puisque ensuite je suis parti plusieurs fois au Bénin pour contribuer au développement de la société de production qu’il venait de créer : Tokpa Films.
Ce premier film, « Paroles de psy, magie de guérisseurs » traite de la maladie mentale et de sa guérison par le Vaudou.
Ce film a eu beaucoup de succès dans les milieux psy, il a été sélectionné au festival de Namur et dans plusieurs festivals en Afrique, il a remporté le premier prix au festival de Lorquin. Il est bien sûr passé de nombreuse fois sur l’ORTB ( Office de Radio Télévision du Bénin)
Par la suite d’autres documentaires ont été tournés : « Nains au Bénin », « Les enfants esclaves », une comédie :  « Tonton Dama cherche du travail » et dans la foulée j’ai réalisé un reportage « Hip hop connexion » et un clip « Suprem’ Black Dapss ». L'Afrique est vraiment un pays qui attire, qui fascine et qui remplit le coeur.


"Paroles de psy, magie de guérisseurs"

Ce documentaire de Jean-Claude Hellequin a été tourné près d'Abomey dans le village d'Agbouhé, guérisseuse vaudou. Avec sa famille elle accueille et soigne des malades mentaux grâce aux plantes médicinales, et par la pratique du vaudou : consultation des esprits,  rites de purification, et cérémonie. Face au questionnement sur la maladie mentale et les pratiques de guérison, le documentaire croise le regard d'un psychiatre béninois formé à la psychiatrie occidentale et celui d'Agbouhé guérisseuse traditionnelle.
Réalisation Jean-Claude Hellequin, images José Huerta, montage Patrick Aujard
Production Tokpa Films Cotonou Bénin


________________________________

HIP HOP CONNEXION (END TO END)



"hip hop connexion" (end to end) par PATRICKAUJARD


Rémi, dans le train qui l'emmenait de Niamey à Cotonou rencontre un employé de l'OCBN ( l'office des Chemins de Fer Bénin-Niger), qui a été enthousiasmé par les photos et le travail de grapheur de Rémi. Il lui propose alors d'aller voir le directeur de l'OCBN à Cotonou pour lui demander la permission de peindre un wagon en entier. Celui-ci accepte sans problème

_____________________________________


CLIP SUPREM BLACK DAPS



Black daps par PATRICKAUJARD


Dany et Lucifer sont deux rappers de Niamey, au Niger, de passage à Cotonou avec Rémi.
Le jour du tournage il faisait chaud, c'était en plein ramadan, un dimanche. Le play-back s'est fait avec une vieille radio aux piles complètement usées. On a pris le train pendant deux stations. Les voyageurs étaient stupéfaits puis on est rentré aux entrepôts de l'OCBN pour finir le clip devant le wagon peint par Rémi qui était garé là parce qu’entre temps il avait déraillé ! Un coup de téléphone et quelques heures de tournage ont suffit pour réaliser ce clip.
On imagine mal de faire pareil en France avec la SNCF : obtenir les autorisations, prendre les rendez-vous, grapher, et tourner aussi facilement.
J’ai signé le clip Malcom X-ray je trouvais que ça faisait une petite référence sympa, les black panters, Malcom X… mais ça n’a pas vraiment plut à mon producteur…


_______________________________________


NAINS AU BENIN


Nains au Bénin par PATRICKAUJARD Extrait du 52'
Cotonou Bénin, l'élection de Mister Nain et Miss Naine à lieu tous les deux ans, un évènement qui permet aux  gens de courte taille de se sentir revalorisé. C'est dans cet esprit que Jean-Claude Hellequin et Abiath Oumarou ont décidé de réaliser un documentaire sur les nains au Bénin qui ont la particularité d'être considéré comme des tossuh, des fétiches, des êtres en relation avec les divinités.
Les conséquences sont qu'ils peuvent être enlevés, sacrifiés ou considérés comme des devins, aussi ce statut rajoute encore plus de difficultés à leur existence.

_______________________________________



TONTON DAMA CHERCHE DU TRAVAIL




Lors du tournage de "Nains au Bénin" Dama nous apprend qu'il est l'auteur du scénario d'une comédie dans laquelle il se met en scène à la recherche d'un travail. Rejeté de partout parcequ'il est de courte taille que ce soit chez les zemidjan (taxi mobilette), chez les militaires, voir même chez les curés, il se retrouve à mendier mais là aussi les problèmes se posent.
Jean-Claude lui propose de produire son film et c'est parti pour quelque réécriture, des tournages bricolés et pas mal de rigolade. Voilà un extrait hélas de mauvaise qualité

_______________________________________

SPIRULINE



Encore un petit film retrouvé...
En 2002 Gérard Bouvier de l'association humanitaire de Gaz de France, CODEGAZ, me demande de l'accompagner au Burkina.
Un voyage est organisé en collaboration avec une association de réinsertion de Corbeil-Essone pour amener quatre jeunes en difficulté à la découverte de l'Afrique. Destination Koudougou où Codegaz a développé un centre de culture et de production de spiruline. Deux petits films ont été alors tournés, l'un sur la production de la spiruline, l'autre sur le voyage lui même.
Plus d'informations sur la spiruline


________________________________________



Extraits du film de voyage au Burkina


Petit tour au Burkina des artisans, visites : centre de renutrition, orphelinat, crocodiles sacrés de Sabou, bananeraie de Fara et pour clore, soirée avec Saaba.
Ce que je n’ai pas voulu filmer : à Fara le village mouvant toujours provisoire des chercheurs d’or, des pauvres venus des quatre coin du Burkina creusant le sol d’une ancienne mine d’or abandonnée au risque de leur vie, découvrant parfois une toute petite pépite. Un village fait de branche et de bâche dans la boue, un bidonville plutôt peuplé de plusieurs centaines d’habitants se déplaçant au gré des fouilles avec ses petits commerce, sa mafia de revendeurs et où existent violence, pauvreté absolue, prostitution.